[15/09/2014] Parc de stationnement Rozier

[CONSEIL METROPOLITAIN DU GRAND LYON – 15 SEPTEMBRE 2014]

#MODIFICATIONS DES MODALITES DE GESTION DU PARC DE STATIONNEMENT ROZIER

@ANDRE GACHET – CONSEILLER METROPOLITAIN


Monsieur le Président, mes chers collègues,

Le parc de stationnement Rozier est un petit équipement à l’échelle du Grand Lyon qui revêt pourtant une importance particulière à l’échelle du quartier Capucins et du bas des pentes de la Croix-Rousse.

Il a été réalisé par la Ville de Lyon dans le cadre d’une l’Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat en 1980. Une OPAH de droit commun fondée sur les dispositions du Code de la Construction et de l’Habitation, se caractérise par :

  • la mise en place d’un dispositif d’incitation ouvert aux propriétaires privés, visant la réalisation de travaux dans les immeubles d’habitation et les logements ;

ET

  • l’engagement par la collectivité territoriale d’amélioration du cadre de vie (espaces publics, commerces, équipements urbains etc).

C’est sur cette base légale et à partir des besoins du quartier que cet équipement voit le jour. Rappelons qu’il s’agissait alors de veiller à l’amélioration d’un cadre de vie marqué notamment par de très grands problèmes de stationnement susceptibles d’affecter la santé, l’accessibilité et la sécurité des habitants de ce secteur.

De toute évidence le mode de gestion choisi n’a pas favorisé la rotation des usagers du parc provoquant ainsi la situation que notre décision doit corriger. Situation qui mériterait un surcroît d’analyse et d’information tant du point de vue de l’occupation que du service réellement rendu. Or la proposition qui est faite : « ne plus exercer de contrôle sur l’activité de stationnement « Résidents » de ce parc, ni fixer d’obligation de service public » pose quelques questions dont nous avons eu l’occasion de débattre en Commission Consultative des Services Publics Locaux le 4 septembre dernier.

  • D’une part quel sera l’impact sur les résidents locataires des places ? Leurs situations ont elles été étudiées ? Quelle garantie avons-nous pour une maitrise des redevances futures qui éviterait une sélection par les revenus (pour le coup contraire à la notion de service public) ?
  • D’autre part, comment se répartira dans l’avenir les responsabilités pour la dalle et le parc de stationnement. Rappelons que la Ville de Lyon reste gestionnaire de la dalle-jardin qui se trouve au-dessus du parc de stationnement. Comment seront gérés, par exemple, d’éventuels problèmes liés à l’étanchéité ?

Nous regrettons l’absence de concertation avec l’arrondissement, nous regrettons surtout que cette décision soit totalement déconnectée de la réflexion sur l’avenir de la circulation et du stationnement sur les pentes Croix-Rousse. Nous risquons fort de ne pas corriger l’erreur due à l’absence de projection dans la durée par nos prédécesseurs mais au contraire de nous inscrire dans la même ligne du fil de l’eau;

Nous nous réjouissons de votre prise en compte de la proposition de soumettre à consultation le choix du bénéficiaire de la Convention Occupation Précaire. Elle n’est certes pas obligatoire, mais ne devrait-elle pas être tout de même instaurée ?

Toutefois, en l’absence de réponse à nos attentes, nous nous abstiendrons pour cette délibération.

Pour Le GRAM, André Gachet

Délibération 2014 – 0265 sur la modification des modalités de gestion du parc de stationnement Rozier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *