[23/02/2015] Construction d’une métropole soucieuse des plus faibles

232

[CONSEIL METROPOLITAIN DU GRAND LYON – 23 FEVRIER 2015]

#VEILLONS A CE QUE LES DISPOSITIFS QUE NOUS ENCOURAGEONS FINANCIEREMENT SOIENT AUSSI LES LIEUX DE CONSTRUCTION D’UNE METROPOLE SOUCIEUSE DES PLUS FAIBLES

@ANDRE GACHET – CONSEILLER METROPOLITAIN


Monsieur le Président, chers Collègues,

Il s’agit de voter le principe de poursuivre le co-financement des contrats aidés et de l’aide au poste : 1000 contrats d’accompagnement dans l’emploi (CAE), 100 contrats initiative emploi (CIE), 20 emplois d’avenir et 800 aides au poste.

Avec pour objectif de « favoriser l’accès à un parcours d’insertion » pour les allocataires du RSA « rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières ».

Cet intitulé qui est celui de l’ensemble des dispositifs liés au Contrat unique d’insertion est un signal fort : l’accès à l’emploi est l’objectif, l’aboutissement d’un parcours, et les personnes concernées sont bien celles qui rencontrent des difficultés sociales et professionnelles. Parce que les allocataires du Revenu de Solidarité Active, comme avant eux ceux du Revenu Minimum d’Insertion, ont trop souvent été l’objet d’une stigmatisation au motif d’un assistanat supposé gommer tout engagement personnel, il n’est pas inutile de rappeler que le soutien de la Collectivité nationale a pour objectif d’atténuer les inégalités et de favoriser le retour dans l’espace social de ceux que la vie ou les circonstances ont fragilisés. Et que ce soutien n’exonère pas ceux qui en sont l’objet ,d’un engagement personnel.

C’est cela qui doit aujourd’hui alimenter notre réflexion. Nous allons voter le cadre général de l’engagement de la Métropole, il nous faudra aussi en accompagner la mise en oeuvre. Le cheminement proposé par David Kimelfeld lors du conseil du 15 décembre dernier, devra inclure cet aspect.

À l’origine des demandes il y a des situations plurielles dont certaines peuvent sembler chroniques, d’autres circonstancielles, soumises à la diversité et la complexité des sources de décrochage : le déficit de formation, la perte de l’emploi qui peut aussi être un déclassement social, les séparations conjugales ou familiales, les deuils, les accidents de santé et bien d’autres causes qui parfois s’additionnent.

Face à cela un dispositif normé assez largement immuable et auquel le demandeur doit s’adapter, sans trop attendre la réciproque. Lorsque nous siégeons dans les différentes commissions et instances, nous le percevons, parfois de manière douloureuse lorsque nous sommes confrontés à celles et ceux qui nous disent : « Vous ne pouvez pas savoir ce que je vis, vous ne pouvez pas vous mettre à ma place » et qui  nous signifient ainsi qu’il y a eux et qu’il y a nous. Qu’ils sont en dehors du collectif. Dans ce contexte, une réflexion de Charles Gardou enseignant à Lyon 2  dans son ouvrage sur la société inclusive raisonne aussi avec l’actualité. il dit ceci : « Tout être déchu de sa valeur sociale est menacé d’être hors du monde ».

Ce rappel pour nous dire que au-delà du vote positif sur les moyens indispensables, nous devrons aussi renforcer notre engagement à la place qui est la nôtre. Elu-e-s nous ne sommes pas des travailleurs sociaux ou des agents administratifs, mais nous sommes à la fois des acteurs du lien et de la cohésion sociale et à la fois en charge de veiller à ce que les dispositifs que nous encourageons financièrement soient aussi les lieux de construction d’une Métropole soucieuse des plus faibles.

Le Conseil Général du Rhône n’a pas failli à son devoir, l’essentiel du travail se fait, il faut le poursuivre et poursuivre son adaptation aux réalités nouvelles et en particulier à l’augmentation de la précarité et à la diversité des formes qu’elle prend aujourd’hui mais aussi en portant une attention particulière aux non-recours. Veiller à corriger les effets du désengagement de l’Etat en suscitant les adaptations nécessaires. Celles-ci reposent sur notre volonté politique commune. Et nous croyons , dans ce domaine comme dans d’autres, que c’est en élevant le débat que nous nous rapprocherons des plus vulnérables de nos concitoyens.

Merci de votre attention.

Délibération 2015-0143. Dispositifs relatifs aux contrats aidés. Convention annuelle d’objectifs et de moyens avec l’État pour le cofinancement, pour les bénéficiaires du RSA, des contrats aidés et des aides au poste pour les chantiers d’insertion. année 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *