[28/09/2015] Politique de la ville

Conseil-municpal-Ville-de-Lyon

[CONSEIL MUNICIPAL DE LYON -28 SEPTEMBRE 2015]

#POLITIQUE DE LA VILLE : LE CRITERE UNIQUE DE REVENU MEDIANT RESTE UN INDICATEUR PARTIEL

@ARTHUR REMY – CONSEILLER MUNICIPAL

 


La délibération présentée ici vient entériner la programmation financière 2015 du volet soft de la politique de la ville. Il s’agit du deuxième volet, dont le premier a été voté au cours du conseil municipal de Juin. Tout comme au mois du Juin, nous voterons cette délibération, même si nous regrettons une absence de mise en perspective globale et transversale.

 

Nous sommes une nouvelle fois soulagés de voter ces programmations. Nous le sommes d’autant plus qu’il s’agit ici de maintenir les financements des postes d’ingénierie territoriale. A ce sujet et bien en amont de l’annonce de la nouvelle géographie prioritaire, nous nous en étions inquiétés. Nous avions alors attiré votre attention spécifiquement sur les agents de la Mission Quartiers Anciens, car nous savions que ces quartiers étaient sujets à d’importantes mutations, pouvant entraîner une sortie de la politique de la ville.

Ces mutations, communément appelées gentrification, sont aujourd’hui le cœur de la délibération et de votre volonté de doter ces quartiers d’un outil d’observation et d’enquête sociologique. Un outil, qui nous paraît tout à fait intéressant, puisqu’il va s’inscrire dans la durée et dans la finesse. Un outil qui répond donc pleinement à l’enjeu que nous avions déjà identifié d’adapter les méthodologies d’études sociales aux réalités de terrain.

 

Nous l’avions déjà dit et nous le rappelons. Le critère unique de revenu médian choisis par l’Etat pour sélectionner ou non un quartier prioritaire n’est pas le bon indicateur. Si par exemple le territoire des Pentes de la Croix-Rousse présente globalement un revenu médian supérieur à la moyenne lyonnaise, il reste des difficultés.

Au cours du conseil municipal de Juillet 2014, je vous avais interpellé à ce sujet et donner quelques indicateurs préoccupants, que je vous rappelle ici :

–         le nombre des demandeurs d’emploi en fin de droit en janvier 2013 équivaut dans les pentes de la Croix-Rousse à celui du quartier des Etats unis, Mermoz et Langlet Santy ;

–         le pourcentage d’allocataires isolés est de 36 %, un des taux les plus importants de la ville, près de 10 points supérieurs à la moyenne des territoires CUCS de catégorie 1 ;

–         la part des élèves inscrits en 6ème ayant 2 ans de retard s’élève à 10% alors qu’il est de 1.6% au niveau de l’académie.

 

Il semblerait que par cette délibération vous partagiez mon analyse.

 

Je cite : « Les analyses partagées ainsi conduites sur les quartiers anciens de Lyon ont mis en exergue une dissonance forte entre les outils d’observation et la réalité constatée, tant par les acteurs associatifs ou publics de ces territoires, que par les habitants et par les autres usagers, nombreux de ces territoires »

 

Et de continuer un peu plus loin :

« A Lyon, certains quartiers anciens […] sont caractérisés par d’importantes inégalités territoriales, où la forte mixité sociale peut occasionner des tensions sociales. Or, il est aujourd’hui difficile pour la Ville de Lyon de se rendre compte véritablement de la situation de ces quartiers anciens, de savoir s’il l’on parle de « gentrification », classification qui ne soutient pas une compréhension objectivée des phénomènes en cours. »

 

Je me félicite donc que nos alertes n’aient été veines et qu’elles aient été, plus d’un an après, entendues.

 

Aussi, Monsieur le Maire, nous vous demandons d’être associés à cette réflexion qui va s’engager. Je vous demande aussi de ne pas vous arrêter au diagnostic et de prévoir un plan d’actions qui puisse répondre aux inégalités territoriales présentes dans ces quartiers.

 

Je vous remercie.

 

Arthur REMY

 

2015 / 1305 : Programmation 2015 au titre du Contrat Local de ville Lyon 2015 – 2020 (convention locale) – Demande de cofinancement des postes de missions territoriales de maîtrise d’œuvre urbaine et sociale sous maîtrise d’ouvrage de la Ville de Lyon – Demande de cofinancement des postes au titre de la mission de coopération culturelle et du Conseil Local de sécurité et de prévention de la délinquance – Autorisation de signature d’un marché de services d’études, de recherches et de développement, en application de l’article 3 – 6° du Titre 1 du Codes des Marchés Publics 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *